Homo Cataphilus

Voici les trois espèces d’homo cataphilus que vous risquez le plus de rencontrer :

Le Cataphile

kataphileMammifère bipède souterrain. Se rencontre principalement la nuit sous la capitale; s’exporte quelques fois en banlieue et même en province.

Le cataphile se reconnaît à ses pieds en latex, ainsi qu’à l’excroissance lumineuse sur le dessus de sa tête ou/et au bout de ses bras.

Sa hauteur varie en fonction de celle des galeries.

Une autopsie de la bosse dorsale a permis de découvrir des réserves de nourriture et de grandes quantités de liquides à forte teneur en alcool. On y trouve aussi quelques variétés de plantes médicinales.

On suit sa trace aux petits bouts de papier (tracts) laissés derrière lui dans les niches des galeries.

Certains, encore à l’âge de la katapréhistoire, ne peuvent s’empêcher d’uriner ou de tagger leurs pseudos sur les murs.Son cata-vocabulaire, en général entrecoupé de grognements, se limite à :  » t’es qui, c’est quoi ton pseudo, t’es rentré par où, t’as pas du kataboire/katabouffe, t’as pas un catatract ? ».

Le cataphile n’aime pas trop les touristes, sauf quand c’est les siens. Dans ce cas, il devient LE GUIDE. N’hésitez pas à le flatter, il aime ça. On rencontre en général des mâles, les femelles étant plus rares (Mais pas moins féroces). Le cataphile fait son nid dans un hamac spité entre deux murs.


 

Le Touriste

Mammifère bipède surfacien, descendu (quelquefois de son plein gré) dans les catacombes.
Perdu ou en groupe, le touriste fait sa première descente.
Sa hauteur varie beaucoup moins bien avec celle des galeries.

touristes

Plein d’admiration pour son Guide, à qui il doit sa survie, il ne peut s’empêcher de lui poser toujours les mêmes questions : « on est où », « j’ai mal aux pieds », « j’ai plus d’piles », « quand est-ce qu’on sort » etc…, ce à quoi on lui répond toujours : « bientôt, bientôt… »


 

Le Flic

policePrédateur de race humanoïde, vêtu d’un fier uniforme : chasse l’incorrigible Cataphile et surtout le touriste. Attaque en bande.

La méthode la plus simple consiste en une embuscade dans laquelle la proie ignorante vient tomber. Quelques acharnés vont jusqu’a poursuive dans les fumis quelques cataphiles.

Les amendes peuvent varier du tout au rien, selon l’humeur.

 

Adaptation du tract « Homo Souterrain Cataphilus », par h2o, septembre 1997. Remise à jours en septembre 99. Adaptation html 2008/2014
Partagez cette page !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*