Guide de survie

ou comment ne pas passer pour un touriste…

livry_gargan_2655
Squatte à Livry-Gargan

A l’attention de ceux qui vont descendre pour la première fois

Touriste vous allez être, touriste vous allez rester tout au long de votre première descente.

Faites vous accompagner d’une personne connaissant bien les catacombes, un cataphile, qui sera votre guide tout au long de votre descente. Ne descendez pas seul, vous risquez de vous perdre et surtout d’y faire des conneries

N’ayez pas peur !

Les cataphiles ne sont (presque) pas tous de mauvais bougres. Certains vous adresseront peut-être même la parole. Ne cherchez pas, au debut, à suivre une conversation. En public, entre pro, le langage est volontairement codé (et croyez-moi, ca en jette devant les ristous) : « tu squatt à phiphi ? non, je trace au VDG pour comater à Z »;

Jouez les humbles, ils aiment ca. :o)

touristes hs
Touriste hs

Comment s’équiper pour la première descente :

Équipement pour le touriste. Pour le cataphile, c’est la même chose, mais chut !

acet_danett Impératif :

Des bottes : Il y a des galeries inondées, l’eau n’est pas propre. Sinon, des vieilles baskets feront l’affaire, mais vous aurez les pieds trempés.

Une lampe : Prévoir une pile de rechange.

De l’eau : on a soif à force de marcher.

A manger et à Boire : Sandwich, boite de cassoulet, Pépito, beer, Chamalo, saucisson, coca…(voir à squat).

Un sac en plastique pour y mettre vos ordures (la ville de Paris ne passe pas).

acet_danettVous pouvez aussi emmener :

Des bougies.

Un appareil photo (prenez un flash, pellicule de 400 ASA (ou ISO, je sais plus).

Une boussole (pour les moins optimistes).

Un plan si vous en avez un. Même faux, on sait jamais…héhéhé…

Votre matériel à rouler (faut bien, quoi).

Ne vous chargez pas trop.

N’emmenez pas d’argent (ou très peu, ex. un ou deux €uros pour un acheter un Pin’s kata à Papy), ni d’objet de valeur (montres, gourmettes, chaînes en Or etc…) que vous allez perdre dans une chatière.

Attention aux appareils photo :
Vous risquez d’avoir des problèmes avec la condensation (passage d’un milieu chaud et sec (coffre de voiture) au froid humide. Protégez-les des chocs (dans le pull dans le sac), surveillez votre sac quand il y a beaucoup de monde.

Mettez vos affaires dans un petit sac à dos (TATI 5€)


Le RDV pour la descente

Soyez discret !

Vous éviterez des déboires avec la police qui patrouille, et surtout vous n’ennuierez pas les voisins, si prompts à téléphoner aux gardes champêtres et à emmerder leurs élus pour débloquer des fonds dans le but de fermer ce trou à rats dans lesquels se faufilent tous les soirs des bandes de jeunes qui feraient mieux d’aller à l’école, non mais !

Changez-vous loin de l’entrée, ne levez la plaque qu’au dernier moment pour descendre.

sortie-secreteRefermez la plaque sans bruit ! Des doigts de touriste amortissent très bien le bruit.

Plus un accès est discret et plus il dure longtemps…


Une fois en bas

LeDuc_kta136-h2oLaissez-vous guidez par la magie des katas, rêvez (tout en gardant un œil sur votre guide).

Profitez de la ballade, n’abîmez pas trop le plafond avec votre tête. Rigolez des bonnes vieilles blagues de votre guide (n’oubliez pas que c’est lui qui vous ressort).

Payez une bière à h2o quand vous le rencontrerez. :o))


Les squattes

Une salle, un bout de galerie, trois pierres et voila un squatte. On s’y repose, on y mange, on y dort…. Entre une boite de ravioli et un tarpé, on discute de cata…

Les salles portent en général le nom de ce qui la caractérise : salle des mosaïques, du bélier, la Plage..

carrier01Invitez ceux qui arrive, c’est toujours sympa de discuter et de partager (oui brother).

Profitez-en pour avoir des nouvelles d’un qui reviendra, dans un ans ou deux, puisqu’il est heureux, on s’endormira…


Baptêmes, introductions, cérémonies cataphiles.

Certains cataphiles font passer des sortes de baptêmes à leurs touristes, ou au nouveau membre du groupe. Autrefois le Bain des carriers, aujourd’hui c’est la Fontaine des Chartreux qui sert de tabernacle.Le cassoulet-bière sert aussi d’initiation.
Souvent un pseudo est alors attribué l’or de cette cérémonie. En général, on est baptisé à la première bosse sur le crane.


Portrait du cataphile que vous allez rencontrer

mouette01Du look spéléo super-équipé au punk avec une bougie plantée au fond d’une bouteille, le cataphile se reconnais surtout à son assidue présence dans les souterrains de la capitale.

Quelques exemples de look :

  • Botte, jean sale, tee-short, bandana.
  • Rangers, treillis, Maglite…
  • Cuissardes, bleu de travail…
  • Combi de spéléo, casque avec frontale, 5 sacs et trois bidons étanches…
  • Bottes pleines d’eau, bleu militaire, carnet à souche…
  • Drap blanc, canne de pelerin…
  •  Petit, barbus, par groupe de sept, y hi hy ho, on rentre du boulot…

Il emporte avec lui :

un cata-poste, des catabieres, quelques catabougies, des catatracts à distribuer ou à laisser dans des cataplanques…


Les messes noires

fille01Grand fantasme pour beaucoup, je n’ai jamais personnellement assisté à une messe noire dans les catas.
La boue risque de salir les capes…On trouve bien quelques graphes et pentacles au sol,
mais ils sont l’œuvre de cataphiles farceurs (petits canailloux, va !).

ossements


La dépouille, les règlements de compte, armement du cataphile

Jusqu’à présent je me suis toujours senti en sécurité dans les catas. Il fut une époque (que je n’ai pas connue) ou une bande s’amusait à dépouiller du touriste (et aussi certains cataphiles). Pour plus d’info, je vous engage à lire les documents d’actualités sur le site de l’OCRA (http://musee.le-village.com/ocra/).

On peut considérer que les cataphiles s’auto-controlent, sous l’œil bienveillant de la police (putain, je dit ca bien). Le (ou les) mauvais élément se retrouve vite exclus au bout d’un certain temps. La ‘morale’ lui est faite. Et s’il continue, il peut y avoir répression. Cas de figure rares, car la communauté cataphile, hétéroclite, est plutôt tolérante.

TIR_14_IMG_6005Certains cataphiles n’ont pas hésité à contacter la maréchaussée pour dénoncer les pratiques incorrectes d’ autres cataphiles (des noms ? ca va pas, non ?). Mais comme JC Saratte, commandant en chef des force de la police souterraine (ca en jete !) est lui meme un cataphile, ca reste en famille. magnum

J’ai rarement vu d’arme à feux* ni de grand couteaux : les premieres rouilles, les seconds deviennent mortel au passage d’une chatière.

La bombe lacrimo et le fumigène restent les armes de défense les plus utilisés.

La plupart des guerres souterraines commencent à coup de tract sanglant, continuent au fumigène et se terminent autour d’une bière.Même si de nombreux points de divergence séparent les cataphiles, ils ont tous un point commun : L’amour des souterrains (j’ai fait l’amour avec la terre…). Et ça, ca compte.

(* Ya bien eu un fusil de chasse, mais ca c’est une autre fulmistoire :o)


Conseils aux cataphiles

Et d’abord, qui suis-je pour donner des conseils à tout le monde ? J’aimerai juste que certaines choses soit respectées, dans l’intérêt de tous : Roulez des pétards, faites la fête, mais, évitez de tagger n’importe quoi sur les murs de pierres à la bombe de peinture, vengez-vous sur les murs en béton. Ne creusez pas n’importe où, ne détruisez pas les piliers ni les murs de hague qui retiennent le remblais. Et enfin, le leitmotiv, ramassez vos ordures ! Certaines salles sont de vrais dépotoirs.

Il y a des rats à la plage, et ceux-la ne font pas de musique.

gallerie-igxir

h2o 2008 / 2014
Partagez cette page !

7 réflexions au sujet de « Guide de survie »

  1. Genialissime… Rien que la première page, je suis plié… h2o, si un jour la chance veut que je te croise, ce n’est pas une mousse mais un pack que tu vas devoir t’enfiler… Et je ne parle pas de ce qu’il est « interdit en France » de rouler… Un Tupperware et c’est au sec…

  2. Salut H2O, merci pour toutes ces informations, je meurs d’envie d’y aller maintenant…

    Je voudrais savoir si tu peux me donner les coordonnées de quelqu’un qui serait prêt à me servir de guide contre un peu d’argent.

    Merci d’avance,

    Yann

    1. Salut Yann, les catas ne sont pas un site touristique, aucun tour opérateur ne propose de visite…
      Ne compte pas sur moi pour te fournir le nom d’un cataphile qui se fait payer pour ça.

      H2o

  3. Super billet, merci pour toute ses infos, et je comprend que tu ne désires pas donner de nom mais, t’aurais pas au minimum un indice pour nous dire ou chercher un guide ?

  4. Je suis encore jamais descendue (un peu beaucoup très loin, j’avoue je suis jamais allée sur Paris) mais ca donne très envie (et une description très « je vous propose du rêve regardez » 😀

    Et surtout ca donne une idée du genre de communauté que sont les cataphiles (même si je suppose que dois y avoir de tout, allant de l’ours gronchon a l’ami bienveillant)

    Et sinon pour une descente, on paye en bière belge? :3
    /me est deja très loin

  5. Merci pour les conseils. J’ai toujours voulu descendre un jour…d’ailleurs j’ai été offert l’opportunité d’y aller demain mais je suis occupée…sinon est-ce que il y a un moment ou un heure optimale pour y aller? Je préférai aller le jour pour ne pas avoir a marcher la nuit en haut! C’est en haut qu’il faut ce méfier, pas en bas 🙂 Merci encore et peut-être qu’on se croisera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*